Parcours d’installations interactives

Musique, vidéo & nouvelles technologies

Ouverts à tous les publics​, ces parcours allient mapping vidéo, expériences autour d’interfaces de captation gestuelle (Caméras Kinect, Leap Motion) et écoute en 3D.


Photos © Thomas Pénanguer

(1) Environnement numérique de mapping

Tout au long du parcours, les spectateurs sont plongés dans un environnement   en mapping,   une technologie multimédia permettant de projeter de la lumière ou des vidéos sur des volumes, de recréer des images de grande taille sur des structures en relief, etc.

(2) Jouer à devenir un “homme orchestre” virtuel

Sur le même principe que le dispositif “GeKiPe”, l’interprète est “tracké” par une caméra Kinect. Ici, chaque points clés des différentes parties du corps (tête, bras, jambes, genoux, pieds…) sont associés à un sample instrumental, vocal ou rythmique. L’interprète doit coordonner ses mouvements et chorégraphies pour jouer le morceau, et choisir son orchestration.

(3) Les Leap Motion

Cet autre outil de captation gestuelle permet la détection des mains, des doigts et des différentes phalanges, idéal pour jouer d’instruments de musique virtuels.

(4) Ecoute d’un récit radiophonique en 3D

Muni d’un simple casque, cette installation propose une immersion sonore et cognitive au coeur d’un récit radiophonique., à mi-chemin entre le documentaire et la fiction. Cette impression d’écoute 3D – aussi dite d’écoute “binaurale” -est réalisé à partir d’une technique de prise de son et de mixage audio qui reproduit les indices qu’utilise notre cerveau pour situer les sons dans l’espace.

(5) Le dispositif “GeKiPe” – un outil de création visuel et sonore par les mouvements du corps

Cet outil de captation gestuelle repose sur la technologie des caméras Kinect, qui permet la reconnaissance du corps et sa modélisation virtuelle en squelette de points clés (tête, jambes, bras, genoux…). Le participant est donc identifié, ses positions et gestes sont localisables dans l’espace et quantifiables (vitesse, hauteur, ..)

L’interprète porte par ailleurs une paire de gants sur lesquels sont insérés des capteurs sensibles aux mouvements et qui, lorsque l’interprète dessine des trajectoires avec son corps et ses membres, les traduisent en flux d’images et de sons.

Publicités